Actualité du CPER-CLIMIBIO

Une rubrique consacrée à l'actualité du CPER-CLIMIBIO. Vous y trouverez des brèves en lien avec les actions menées, des retours sur les travaux menés au sein des works-packages ou des articles en lien avec nos thématiques.

Bilan réunion WP3

La réunion WP3 sous l’initiative de Yves Piquot (EEP) s’est déroulée le 21 mars. Une matinée centrée sur la thématique de la biodiversité, l’un des grands enjeux de ce WP. L’opportunité pour les 25 participants d’échanger et d’écouter les 7 présentations proposées, et de mettre en lumière les divers champs disciplinaires faisant la richesse de ce WP !

 

Bilan réunion WP4

La réunion WP4 conduite par Nadine Locoge (SAGE) et Philippe Goloub (LOA) s’est tenue le 13 mars. Une journée réunissant près de 40 personnes et proposant 15 communications orales. Ainsi les différents projets menés/envisagés ont été discutés au fil de la journée. La volonté d’instaurée une dynamique de groupe aura était une réussite. Effectivement, les divers échanges et interractions ont permis de voir émerger la volonté de faire naitre des sous-groupes de travail pour faciliter la collaboration.

 

Journée mondiale de l'eau - Récit d'une rencontre avec deux spécialistes de l'eau

Depuis plus de vingt ans, le 22 mars est la journée mondiale de l’eau. Une démarche initiée par l’Assemblée générale des Nations Unies dans le but de mettre en lumière une ressource qui devient de plus en plus précieuse. Au cœur de multiples enjeux tels que le réchauffement climatique, la santé ou encore l’emploi, l’eau mérite une attention toute particulière. Cette journée est l’occasion de réaliser un focus sur les liens entretenus par l’eau et l’emploi (thématique de l’année 2017), tout en se questionnant sur les problématiques et évolutions qui y sont liées. À cette occasion, et dans le cadre du projet Climibio, une rencontre a été organisée avec Gabriel Billon (Professeur au LASIR, Université de Lille) et Jean Prygiel (Expert Etudes et innovation, Agence de l’Eau Artois-Picardie) pour traiter de ces problématiques.

Après une brève présentation de leurs parcours respectifs, la question « eau et emploi » s’est posée via l’exemple des stations d’épuration. L’exemple d’Ovilléo a alors été abordé. Il s’agit là de la plus importante usine de dépollution des eaux usées du Nord de la France. Elle traite le carbone, le phosphore et l’azote des eaux usées de 37 communes de l’agglomération Lilloise, soit l’équivalent de 620 000 habitants. L’opportunité pour nous d’aborder les corps de métiers qui se côtoient dans des champs variés tels que le dimensionnement, la conception, la mise en route, l’exploitation, ou bien encore les techniques de traitement, la surveillance et l’analyse de l’eau et des boues, l’impact sur le milieu naturel, sans oublier les aspects réglementaires (respects des normes, police des eaux… par exemple). La principale mutation apparue ces derniers temps et qui se poursuit concerne la «transversalité» des pratiques comme le souligne remarquablement M. Jean Prygiel. S’il fut un temps ou les acteurs de l’eau avait une mission bien identifiée et bien circonscrite, les nouvelles technologies et la prise en compte globale de la ressource en eau (et récemment du changement climatique) font régulièrement évoluer ces métiers avec des formations et évolutions qui surviennent tout au long de la carrière professionnelle. Par exemple, Ovilléo bénéficie d’une technologie de pointe, s’intègre visuellement dans le paysage, consomme moins d’énergie et devient de plus en plus autonome d’un point de vue énergétique.

L’exemple de cette station d’épuration nous montre l’un des pans du thème eau et emploi, auquel il faut ajouter les métiers autour de la potabilisation de l’eau, de l’eau dans les industries, du fonctionnement des écosystèmes et de la surveillance et gestion de la ressource, via des entreprises, des collectivités locales et des organismes d’état. Au final, nous pouvons bel et bien affirmer que l’eau est une ressource complexe. Elle nécessite un traitement et une attention particulière, notamment dans un contexte de changement climatique où cette ressource diminuera progressivement dans la Région des Hauts-de-France, avec une vulnérabilité aux pollutions croissante. L’évolution de ces métiers y est fortement corrélée. L’aspect purement fonctionnel n’est plus l’unique centre des questionnements et les aspects liés à la biodiversité, aux divers impacts de polluants, même présents à l’état de traces, à la socio-économie, et à l’éthique sont également à prendre en compte. Il apparaît alors primordial de satisfaire les questions qui se posent en matière d’écologie et de développement durable.

Cet échange a finalement permis de mettre en évidence de nombreux emplois autour de cette ressource, qui s’accompagnent de mutations significatives liées aux nouvelles technologies de traitement et aux recherches qui tendent maintenant à globaliser sa gestion. Ainsi, les professions attachées à l’eau ne se résument plus pour l’essentiel à la fourniture en eau potable et au traitement de l’eau. Les techniques évoluent et les traitements permettant de traiter avec toujours plus de finesse l’eau. Les acteurs de ce secteur quant à eux ont également investi d’autres domaines (la protection et la restauration des milieux aquatiques, la surveillance…). Néanmoins, il faut toujours des spécialistes et des experts qui doivent travailler ensemble et donc pouvoir entretenir un dialogue fécond. C'est un enjeu important des formations que de donner les clés nécessaires à la réussite de ce travail collaboratif tout en formant des spécialistes.

 

Article – Alternatives économiques : Pollution de l’air – aux grands maux les grands remèdes

Récemment un article sur la pollution de l’air est paru dans la revue Alternatives économiques. Un aspect majeur de la santé publique qui causerait en France « entre 17 000 et 42 000 décès prématurés par an ».

L’article nous rappelle que de multiples problèmes entrent en jeu dans le cadre de la qualité de l’air. En effet, si les problématiques liées à la circulation sont primordiales et attirent souvent l’attention, les questions concernant le chauffage et l’isolation ne sont pas pour autant en reste. Des propos confirmés par Véronique Riffault (professeur au sein de l’Institut Mines Télécom Lille Douai et collaboratrice du CPER-CLIMIBIO) qui est citée à plusieurs reprises tout au long du papier.

Pour en savoir plus : cliquez ici

 

Université de Lille – Semaine du développement durable

Faisant suite aux échanges mis en place dans le cadre du Campus Durable, l’Université de Lille propose du 20 au 31 mars un programme d’une trentaine d’activités, toutes gratuites, qui se centrent autour de quatre grandes thématiques : la mobilité, la consommation responsable, l’alimentation et la biodiversité. Une manière originale de sensibiliser les personnels et les étudiants aux questions liées au développement durable via des activités telles que des ateliers, des animations, des conférences,…

Pour en savoir plus : cliquez ici

 

Journée de Clôture d’OPUR sur la qualité de l’eau de la Marque Rivière

La journée de clôture du projet « Chercheurs-Citoyens » OPUR porté par le LASIR a eu lieu le 05 février 2017 à la ferme du Héron à Villeneuve d’Ascq avec un stand « Changement climatique » présentant notamment le volet Eau du projet CLIMIBIO. Les travaux ont porté entre 2013 et 2016 sur le fonctionnement de la Marque Rivière et sur sa qualité d’eau, au cours de différents épisodes météorologiques. En outre, les impacts des rejets de la STEU de Villeneuve d’Ascq et du lac du Héron sur ce cours d’eau ont également été étudiés. Les données doivent maintenant être travaillées dans une perspective de changement climatique pour proposer des scénarii crédibles quant à l’évolution de la qualité de la Marque dans les années à venir.

Article écrit par : Gabriel Billon (LASIR)

 

MOOC - "Causes et enjeux du changement climatique"

Le développement des cours en ligne alias les MOOCs est de plus en plus important et traite de sujets toujours plus variés. Nous vous proposons de vous intéresser à l’un d’entre eux sur le thème du climat. Proposé par l’Université Virtuelle Environnement et Développement durable (UVED), il revient sur la Conférence de Paris sur le climat (COP21).

Le contenu se focalise sur cette négociation internationale, ses visées, ses protagonistes et ses rouages. Parrainé par le climatologue et glaciologue français Jean Jouzel, il est accessible à tous : les débutants comme les experts ; les francophones comme les anglophones.

En matière de temps, la formation nécessite un travail hebdomadaire de deux heures par semaine. Le cours s’articule autour de plusieurs activités telles que des vidéos, des conseils de lectures, des quiz,…

Début du cours : 15 mai 2017

Fin des inscriptions : 3 juillet 2017

Pour en savoir plus : cliquez ici

 

Accueil d'élèves de 1ère S dans le cadre des TPE

La jeunesse se montre sensible aux questions liées aux changements climatiques. En effet, trois lycéennes sont venues rencontrer des chercheurs et visiter des laboratoires pour obtenir des données en lien avec leurs Travaux Personnels Encadrés. Un travail de groupe qui s’étale de septembre à mars et qui porte sur la pollution atmosphérique et ses impacts tant sur la santé que sur la biodiversité.

L’occasion pour elles d’entrer en contact avec la vie d’une université, d’un laboratoire de recherche et de s’intéresser aux expériences menés par les chercheurs. Cette visite fut également consacrée aux présentations du Labex CaPPA et du CPER-CLIMIBIO. Un projet qui montre l’intérêt d’œuvrer de manière pluridisciplinaire sur la problématique du changement climatique.

 

"Developpement durable - l'aménagement des espaces naturels du campus"

Mercredi 8 février LILLIAD Learning center Innovation accueillait un échange sur le thème du : développement durable – l’aménagement des espaces naturels du campus. Un sujet important en lien direct avec les problématiques qui alimentent notre CPER. Un moment d’échange autour des prochaines initiatives proposées par Sandrine Rousseau, vice-présidente campus durable, sur la valorisation de notre campus.

Pas moins de quatre volets ont été abordés : la biodiversité, la mobilité, l’énergie et les déchets. L’ensemble de ces points nous a permis d’imaginer le campus de demain. Un espace qui optimisera les espaces verts (implantation d’un verger,…), qui développera la mobilité douce (prêt de vélos, requalification de certains parkings, mise en place de bornes électriques,…), qui affirmera l’utilisation de panneaux photovoltaïques et encouragera un tri systématique des déchets.

 

Article - The Conversation : Pics de pollution aux particules fines : les détecter et les prévenir

Véronique Riffault, professeure en sciences de l’atmosphère au sein de l’IMT Lille Douai étudie les pics de pollution aux particules fines. Ces événements qui ont notamment touché la France et l’Europe ces dernières semaines posent des questions environnementales et sanitaires. En effet, il a été démontré que les particules fines investissent notre système respiratoire et peuvent même atteindre notre circulation sanguine. Une meilleure compréhension de ce phénomène apparaît donc primordiale. Il est donc judicieux de s’attarder sur ces pics de pollution pour les décrypter, les comprendre et envisager des solutions pour les éviter.

Pour connaître en détail les données mises en lumière au sein de l’article publié dans The Conversation : cliquez ici.

 

Retours sur les JIQA - 9ème édition

Les 2 et 3 février 2017 ont eu lieu les Journées Interdisciplinaires de la Qualité de l’Air (JIQA). Une 9ème édition qui a tenu toutes ses promesses. A la fois instructives et conviviales, ces journées scientifiques organisées par le Laboratoire de Physico-chimie des Processus de Combustion et de l’Atmosphère (UMR CNRS / Université Lille 1), le Laboratoire des Sciences Végétales et Fongiques de la Faculté des Sciences Biologiques et Pharmaceutiques de Lille et l’Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique, nous ont permis d’entendre une vingtaine de communications orales dont certaines présentaient des travaux soutenus par le CPER CLIMIBIO.

Près de 120 personnes étaient présentes au Learning Center Innovation du Campus de la Cité Scientifique de Villeneuve d’Ascq pour écouter les jeunes chercheurs présenter l’avancée de leurs travaux et échanger autour de certains axes tels que : la pollution atmosphérique, les aérosols, les impacts environnementaux,…