Offre de thèse

LASIR - Offre de thèse

L’équipe Physico-chimie de l’Environnement du LASIR (UMR 8516 - Université Lille 1) recherche un(e) candidat(e) pour une bourse de thèse financée à partir du 1e octobre 2017.

Titre : Vers l’Utilisation de Nouveaux traceurs Inorganiques des activités anthropiques dans un Contexte de changement climatique et de gestion sobre des ressources (UNIC)

Mots clés : Changement climatique, Environnement, Chimie analytique, TCEs, ICP-MS

Résumé :

Le projet de thèse UNIC est focalisé sur une étude prospective d’analyse, de spéciation et de devenir des TCEs (Technology-Critical Elements) dans l’environnement aquatique. Cette famille regroupe notamment les platinoïdes, une partie des terres rares et d’autres éléments particuliers tel que le thallium. Ces éléments présents à l’état de traces sont en grande partie associés aux activités humaines liées à la haute technologie (catalyseurs, médicaments, matériels informatiques…) et à une économie circulaire peu aboutie. En effet, ces métaux sont, d’un point de vue industriel, fortement stratégiques en raison de leur prix et de la rareté des minerais.

A l’heure actuelle, dans la Région Hauts-de-France, il n’existe aucune donnée sur leurs teneurs dans les milieux aquatiques (incluant la ressource en eau). Plus largement, dans la littérature, la compréhension de leur comportement et toxicité dans le milieu naturel reste un défi. D’un point de vue environnemental et tout particulièrement dans un contexte de changement climatique, l’étude de ces éléments, utilisés comme traceurs d’activités particulières et parfois très spécifiques, permettra de mieux comprendre l’origine des pressions sur une masse d’eau lors d’évènements extrêmes et d’étiages prolongés. C’est donc logiquement que ce projet s’insère dans le CPER CLIMIBIO et la démarche CERCLE initiée par la Région.

La thèse se déroulera en 3 grandes parties : (i) étude bibliographique sur les TCEs et leurs dosages très spécifiques par ICP-MS ; (ii) travail expérimental autour de la mise au point de méthodes de dosage et de spéciation ; et (iii) première cartographie de masses d’eau / sédiments à sélectionner en collaboration avec l’Agence de l’Eau Artois-Picardie. A cela s’ajoutent les valorisations du travail (rapports, conférences, publications…). Enfin, cette thèse éminemment transdisciplinaire associera des collaborations avec des chimistes (VUB, Belgique), des géochimistes (BRGM) et des microbiologistes (U-Mons, Belgique).

Encadrement :

Profil recherché :

Chimiste de formation, ingénieur ou titulaire d’un M2. Rigoureux avec un goût prononcé pour le travail expérimental en laboratoire et les manipulations sur le terrain.

 

LPCA - Offre de thèse

Résumé du projet

Les études expérimentales consacrées à l’impact de la dynamique atmosphérique sur la qualité de l’air se limitent souvent à une approche à une dimension (dilution des polluants dans une couche limite atmosphérique d’épaisseur variable). En parallèle, les études expérimentales concernant la structuration en trois dimensions de la turbulence atmosphérique (rouleaux de convection par exemple) s’intéressent rarement à l’impact de ces structures sur la dispersion des polluants. Durant cette thèse, les importants moyens expérimentaux du LPCA en matière de télédétection active seront mis à profit (lidar vent à balayage, radar vent…) afin de caractériser les structures turbulentes et les phénomènes dynamiques et de déterminer leur influence sur la dispersion des polluants. L’accent sera mis sur les phénomènes particuliers aux zones côtières (brises, jets côtiers…), sur les phénomènes responsables des pics de pollution hivernaux (inversion thermique marquée, stratification des atmosphères stables…) et sur les phénomènes nocturnes (jets nocturnes, turbulence nocturne…). Ce travail s’appuiera sur les observations réalisées lors de campagnes de terrain précédentes à Dunkerque ainsi qu’à M’Bour (Sénégal) dans le cadre du Labex CaPPA, mais aussi sur les futures campagnes qui auront lieu en région Hauts-de-France dans le cadre des projets régionaux CLIMIBIO et IRENE, campagnes auxquelles le doctorant sera amené à participer.

Qualifications

Le ou la candidate devra être titulaire d’un master en physique, avec une spécialité en mécanique des fluides ou en environnement, ou d’un master en météorologie. Des compétences en analyse de données et en programmation (Matlab ou équivalent) sont également nécessaires, ainsi qu’un bon niveau d’anglais.

Candidature

Les candidats sont invités à envoyer leur dossier par email, en incluant un CV, une description des activités de recherche effectuées lors des stages en laboratoire, une lettre de motivation ainsi que le nom et les coordonnées de deux référents (enseignants, tuteurs de stage) susceptibles de fournir une lettre de recommandation. Le financement sera confirmé après validation du dossier par l’école doctorale.

Rémunération

1430 € nets mensuels. Possibilité de monitorat en 3e année (+290 € nets mensuels).

Dates

Du 1er octobre 2017 au 30 septembre 2020.

Laboratoire

Laboratoire de Physico-Chimie de l’Atmosphère (LPCA)

Université du Littoral-Côte d'Opale (ULCO)

189A, avenue Maurice Schumann,

59140 Dunkerque, France

Contacts

Pr. H. Delbarre (LPCA/ULCO), +33(0)3 28 65 82 73

Dr. E. Dieudonné (LPCA/ULCO), +33(0)3 28 65 82 70

---

Project summary

Experimental studies investigating the impact of atmospheric dynamics on air quality often limit to a one-dimensional approach (dilution of pollutants into an atmospheric boundary layer of varying depth). In parallel, the numerous experimental studies bearing upon the three dimensional structuration of atmospheric turbulence (e.g. convective rolls) rarely show interest for the impact of those structures on the vertical and horizontal dispersion of pollutants. This PhD will make use of the rich experimental means owned by the LPCA in the field of active remote-sensing (scanning wind lidar, wind radar…) in order the characterize the turbulent structures and dynamic phenomena, and determine their influence upon pollutant dispersion. A particular attention will be paid to phenomena occurring in coastal areas (breezes, coastal jets…), to phenomena responsible for winter pollution peaks (strong thermal inversion, atmospheric stratification in stable atmospheres…) and to nocturnal phenomena (nocturnal jets, nocturnal turbulence…). This work will build on the observations recorded during previous field campaigns in Dunkerque and in M’bour (Senegal) in the framework of the CaPPA Labex, but also on future field campaigns that will be organized in the Haut-de France region in the framework of the CLIMIBIO and IRENE regional projects, campaigns in which the PhD student will take part.

Qualifications

The candidate should have a Master’s degree in physics, with a major in fluid mechanic or in environment, or a Master’s degree in meteorology. Skills in data analysis and computer programming (Matlab or equivalent) are also required, as well as a good level in English.

Application

Candidates are invited to send their application by email, including a CV, a description of their research activities during lab training periods, a cover letter and the name and email of two referees (teachers, training tutors) that could write a recommendation letter. The scholarship will be granted after validation of the candidate’s record by the university postgraduate school.

Salary

1430 € monthly net wages. Teacher assistant possibility in 3rd year if good spoken French (+290 € net / month).

Dates

From October 1st 2017 to September 30th 2020.

Lab Location

Laboratory for Physico-Chemistry of the Atmosphere (LPCA)

Université du Littoral-Côte d'Opale (ULCO)

189A, avenue Maurice Schumann,

59140 Dunkerque, France

Contacts

Pr. H. Delbarre (LPCA/ULCO), +33(0)3 28 65 82 73

Dr. E. Dieudonné (LPCA/ULCO), +33(0)3 28 65 82 70