Post-Doctorat

Dans le cadre du Programme Régional CLIMIBIO (Contrat de Plan Etat-Région « Hauts de France » 2015-2020 et FEDER), nous recrutons des personnels affectés dans les différents laboratoires ou équipes du projet.

Post doc position in Combustion Kinetics of Biofuels

Contexte

To reduce fuel consumption, Greenhouse Gases, NOx and soot particles emissions, recent developments in engine technology have focused on operating engines at lower temperatures and fuel concentrations. These constraints have motivated the apparition of Exhaust Gas Recirculation (EGR) technology, and triggered interest in Low-Temperature Combustion (LTC) engines. In these conditions, combustion chemistry is more complex as it relies on the formation of peroxides. Chemical branching is degenerate and highly fuel-specific. To accommodate the use of modern fuels such as biodiesels or fuels produced from biomass, predictive models of this combustion chemistry must be constructed and validated.

Recently, the interest has grown on the use of liquid fuels produced from lignocellulosic biomass. Among those, methylated tetrahydrofurans have numerous advantages in terms of ease of production and compatibility with existing fuels derived from fossil resources. In conjunction with an experimental study in engine-relevant conditions, performed at PC2A, a predictive kinetic model of the combustion of such fuels will be developed to provide an understanding of the reaction pathways involved in their oxidation, and ensure accurate simulation of their reactivity. This model will be validated on the experimental data, including ignition delays and intermediate mole fraction profiles.

Required education level

Engineering: PhD or equivalent / Chemistry: PhD or equivalent

Researcher profile: Recognised Researcher (R2)

Research field: Chemistry › Reaction mechanisms and dynamics / Engineering › Chemical engineering

Apply

Application Deadline: 17/12/2016
Offer starting date : 30/01/2017 at Université de Lille 1, within the PC2A department (Villeneuve d'Ascq)
Contact : Guillaume Vanhove

Développement de méthodes en ICP-MS / capteurs passifs pour l’analyse de traceurs de contamination des milieux aquatiques dans un contexte de changement climatique

See english below

Contexte

Dans le cadre du CPER Climibio (2015-2020), l’Equipe Physico-Chimie de l’Environnement du LASIR (UMR 8516) s’intéresse à l’évolution de l’état des masses d’eau continentales dans le Bassin Artois-Picardie dans un contexte de changement climatique. Dans la région Hauts-de-France, les prévisions du GIEC annonce d’ici 2100 une augmentation des évènements extrêmes (fortes pluies, sécheresses…) et de la température moyenne de plus de 2°C (prévisions optimistes). Une des stratégies considérée dans ce projet consiste à choisir et suivre des traceurs pertinents de la qualité globale de l’eau afin de discriminer les pollutions dues aux changements climatiques de celles dues aux activités anthropiques « classiques » d’origines industrielles, agricoles, urbaines… . Bien que certains de ces traceurs soient déjà analysés en routine au laboratoire (éléments nutritifs par exemple), d’autres nécessitent toujours des développements analytiques.

Concernant les indicateurs métalliques, les platinoïdes (notamment le platine, le palladium et le rhodium) se révèlent être de bons traceurs potentiels des activités liées au trafic routier. D’autres indicateurs tels que l’arsenic (indicateur redox) ou l’argent (biocide) méritent également d’être étudiés. Cependant, ces éléments d’intérêt se trouvent à l’état de traces voire d’ultra-traces dans les milieux aquatiques et nécessitent donc des méthodologies analytiques robustes.

L’achat d’un ICP-MS de dernière génération en fin 2016, prévu dans le cadre du CPER Climibio, permettra de faire face en partie à ce défi analytique.

Profil du poste

Le candidat participera à l’arrivée et à l’installation du nouvel ICP-MS au laboratoire. Dans le cadre du projet, en collaboration avec un ingénieur de recherche, il devra mettre au point des méthodologies robustes pour l’analyse d’éléments et de substances à l’état de traces et d’ultra-traces dans les eaux de surfaces notamment. Les développements analytiques comprendront également des couplages avec des techniques chromatographiques (HPLC et GC).

Par ailleurs, étant donné que le niveau de concentration en éléments métalliques est très faible dans les masses d’eau qui seront étudiées (notamment les platinoïdes), le déploiement de capteurs passifs type DGT (Diffusive Gradients in Thin films) pourrait permettre d’améliorer leur quantification et de mettre d’intégrer des variations de concentrations, par exemple, lors d’un lessivage de sols/routes adjacents ou à un débordement de STEU/bassin d’orage par temps de pluie. Un focus sera mis sur le développement de résines chélatantes spécifiques aux traceurs métalliques choisis.

Profil du candidat souhaité

Docteur en chimie analytique et/ou chimie environnementale avec compétences souhaitées en techniques ICP-MS. Des compétences sur l’utilisation des capteurs passifs seraient un plus.

Modalités

Le démarrage du post-doc est prévu le 1er janvier 2017 pour une durée d’une année.

Salaire : Environ 2500 euros brut.

Procédure de candidature

Les candidats intéressés doivent envoyer leur candidature par email, avec les documents suivants :

un CV
une ou deux lettres de recommandation
une lettre de motivation

Contact : Gabriel Billon

proposal in english, please download here

Etude de la réactivité et de la photo-réactivité de particules d’intérêt atmosphérique par techniques de lévitation (optique et acoustique) couplées à la microspectrométrie Raman

Dans le cadre du Programme Régional CLIMIBIO (2015-2020), l’Equipe Physico-Chimie de l’Environnement du laboratoire LASIR (UMR CNRS 8516) recherche un-e postdoctorant-e afin d’étudier la réactivité et la photo-réactivité d’aérosols organiques/inorganiques d’intérêt atmosphérique à l’échelle de la particule individuelle.

Contexte

Le rôle joué par les aérosols dans le processus du changement climatique est encore mal connu. Les particules d’aérosol sont souvent des mélanges complexes d’espèces chimiques qui sont exposées aux gaz polluants, à l’humidité et à la lumière pendant leur transport dans la troposphère. Les composés organiques adsorbés ou condensés en surface des particules minérales peuvent réagir sous l’effet du rayonnement solaire lors de processus hétérogènes complexes. Ces transformations physico-chimiques, qui s’opèrent à l’échelle de la particule individuelle, impliquent une modification spacio-temporelle de leur taille, de leur composition chimique et de leur état de mélange. L’étude de ces processus de transformations en laboratoire est indispensable à une meilleure compréhension de l’influence des aérosols sur les propriétés physiques et chimiques de l’atmosphère.

Profil du poste         

Le candidat participera au couplage de la technique de lévitation optique avec la microspectrométrie Raman. En collaboration avec un ingénieur, il devra optimiser et valider la technique sur des systèmes chimiques connus. Ensuite, le candidat utilisera les techniques de lévitation optique et acoustique couplées à la microspectrométrie Raman pour étudier la (photo)réactivité de particules organiques/inorganiques en dehors de toutes contraintes de support.

Compétences du candidat postdoctoral :

  • Titulaire d’une thèse de doctorat en chimie, physico-chimie ou domaines en rapport avec le sujet.
  • Très bonnes connaissances en spectroscopie vibrationnelle son requises
  • Une expérience dans le développement instrumentale est souhaitée
  • Connaissances en calcules théoriques (ab-initio, DFT…) serait une plus
  • Bonnes connaissances de la langue anglaise.
  • Bonne capacité à communiquer les résultats par écrit et à l’oral.
  • Capacité à travailler en équipe, polyvalence et rigueur.

Durée du contrat :

Le démarrage du post-doc est prévu le 1er janvier 2017 pour une durée d’une année.

Salaire : Environ 2500 euros brut.

Procédure de candidature

Les candidats intéressés doivent envoyer leur CV, lettres de recommandation et lettre de motivation par email à Dr. Yeny TOBON.

Proposal in english version, please download here.

Post-Doc - effets du climat sur la ditribution des organismes marins

Contexte

L’équipe « Ecosystèmes, Biodiversité et Changements Globaux » (EcoGLOB) recherche un post-doc de 13 mois pour travailler sur les effets du climat sur la distribution des organismes marins dans le cadre du programme CPER CLIMIBIO. Le post-doc débutera le 1 Décembre 2016. Le travail consistera à élaborer une base de données sur la distribution des espèces marines en lien avec les traits d’histoire de vie afin de valider un travail de scénarisation et de théorisation. La scénarisation se fera à l’aide d’outils tels que NPPEN et la théorisation sera réalisée dans le contexte de la théorie METAL (MacroEcological Theory on the Arrangement of Life).

Contact : Dr Grégory Beaugrand